Quelle rémunération en apprentissage ?

femmes remplissant des papiers

Le statut d’apprenti·e

Grâce à son son contrat d’apprentissage, l’apprenti·e obtient un statut à la fois d’étudiant·e, à la fois de salarié·e. Le contrat est éligible à partir de 16 ans et jusqu’à 29 ans révolus. Au-delà, il existe des dérogations exceptionnelles si :

  • Tu bénéficies d’une Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé – RQTH,
  • Tu bénéficies du statut de sportif de haut niveau,
  • Tu es en cours de création de ta propre activité / entreprise,
  • Ton contrat d’apprentissage signé te permet d’obtenir un niveau d’étude supérieur à celui obtenu dans le cadre d’un précédent contrat (limite d’âge jusqu’à 35 ans),
  • Tu as rompu ton contrat pour des causes indépendantes de ta volonté ou suite à une inaptitude physique et temporaire (limite d’âge jusqu’à 35 ans),
  • Tu as malheureusement échoué à l’obtention de ton diplôme ou titre professionnel visé en apprentissage (pas de limite d’âge). 

Nota Bene : Les candidat·e·s hors UE doivent obtenir une autorisation préfectorale pour exercer une activité salariée.

apprenti serveur dans un café
apprenti signant son contrat d'apprentissage

Les modalités du contrat

Le contrat d’apprentissage peut se formaliser par un CDD avec un contrat qui expire au plus tard 2 mois après la fin du cycle de formation, ou par un CDI avec un contrat qui débute par la période d’apprentissage et pendant laquelle il est régi par les dispositions propres à l’apprentissage. 

Tu dois savoir que :

  • Ton contrat peut démarrer au plus tôt 3 mois avant le début de ta formation et jusqu’à 3 mois après le début de ta formation
  • Tu disposes d’une période probatoire de 45 jours en entreprise (en cas d’arrêt de travail, la période sera prolongée du même nombre de jours)
  • La durée globale du contrat dépend de la durée de la formation (entre 6 mois et 3 ans selon le diplôme ou la certification préparé·e) et peut être allongée ou réduite selon les modalités
  • La durée quotidienne de travail pour un apprenti·e mineur·e est de 8h et de 10h pour un apprenti·e majeur·e
  • Tu possèdes 5 semaines de congés
  • Tu possèdes 2 jours pleins par semaine (selon l’accord convenu) de repos hebdomadaire

Nota bene : Peu importe le nombre d’heures passées en entreprise ou en formation, les deux cumulées correspondent au temps de travail hebdomadaire de l’apprenti·e.

La rémunération de l’apprenti·e

C’est un salaire fixe pour lequel le montant brut correspond au résultat net et reste identique, quelle que soit la répartition du temps entre l’entreprise et la formation tout au long du mois.  

La valeur du SMIC au 1er octobre 2021 est de 1589,47€ BRUT pour 35h de travail par semaine, le bénéficiaire perçoit un salaire déterminé en % du SMIC. Le montant varie selon son âge et sa progression dans le cycle de formation. Des dispositions contractuelles ou conventionnelles peuvent être plus favorables. 

Nota bene : un·e apprenti·e qui change d’entreprise en cours de 2ème année de formation, conservera son salaire de 1ère année.

*Les majorations de salaire liées au passage d’une tranche d’âge à une autre prennent effet à compter du 1er jour suivant le jour où l’apprenti·e atteint 18 ans, 21 ans ou 26 ans.
** Salaire Minimum Conventionnel de la branche professionnel concernée. 

Des rémunérations différentes dans la santé et le social

Pour le secteur du sanitaire, social et médico-social, l’OPCO Santé demande à ses employeurs de la branche SSSMS (Secteur Sanitaire Médico-Social et social privé à but non lucratif) d’appliquer une grille de rémunérations revalorisée pour certains métiers :

> DE – Éducateur Spécialisé
> DE – Moniteur éducateur
> DE – Aide-soignant 
> DE – Auxiliaire de puériculture 
> DE – Infirmier

Tableau de rémunération dans le secteur de la santé

Rompre son contrat

La résiliation anticipée du contrat est possible par l’une ou l’autre partie jusqu’à l’échéance des 45 jours d’essai (consécutifs ou non). Passé 45 jours, la résiliation du contrat peut intervenir sur accord exprès et bilatéral des 2 parties. 

La rupture peut se réaliser pour différents motifs : force majeurfaute grave ou inaptitude constatée

Force majeure : la poursuite du contrat en raison de cet événement est rendue impossible (ex. incendie, retrait d’un agrément obligatoire pour exercer l’activité).

Faute grave (elle est admise dans les cas suivants) : 

  • absences injustifiées ou abandon de poste
  • indiscipline ou insubordination du/de la salarié·e
  • harcèlement, violences ou injures envers l’employeur ou d’autres salarié·e·s
  • vols dans l’entreprise
  • état d’ivresse sur ses heures de travail.

Inaptitude : Constatée par le médecin du travail, l’employeur n’étant pas tenu à une obligation de reclassement.

Au-delà de la période d’essai, la rupture du contrat d’apprentissage peut intervenir à l’initiative de l’apprenti·e et après respect d’un préavis : information de l’employeur, au plus tard dans les 5 jours calendaires suivant la saisine du médiateur consulaire.

Nota bene : En dehors du formalisme juridique de la rupture, il est nécessaire pour l’employeur d’alerter, en amont, le CFA sur son souhait de rupture. Ainsi, le CFA pourra accompagner au mieux l’apprenti·e dans la recherche d’un nouveau contrat.

Ces modalités sont susceptibles d’évoluer en fonction de la législation > En savoir plus.

contrat d'apprentissage

Ces contenus pourraient t'intéresser...

L’apprentissage, qu’est-ce que c’est ?

Préparer ma vie d’apprenti·e