Zoom sur sur le plan "1 jeune, 1 solution" Info apprentisInfo entreprise

L'IFIR décrypte pour vous les annonces gouvernementales d'aide à l'embauche

Face à l’épidémie du Coronavirus Covid-19 qui a fortement impacté les employeurs et leur activité, un plan choc de soutien à l’apprentissage, aux entreprises et aux apprenti·e·s a été présenté par le gouvernement le 4 juin et qui a fait l'objet d'un décret le 23 juillet dernier.

L’objectif ? Mettre en place des mesures urgentes pour accompagner les entreprises dans leurs projets de recrutement d’apprenti·e·s, réduire les freins à l’embauche et sécuriser les parcours et les projets des apprenti·e·s.

Une aide de 5 000€ à 8 000€ pour les employeurs

Dans le cadre du plan gouvernemental de soutien à l’emploi des jeunes « Un jeune, Une solution », le Parlement a adopté le Projet de Loi de Finances n°3 ce 23 juillet dernier, au sein duquel se trouvent différentes mesures en faveur de l’alternance. Déjà annoncée en juin, l’aide de 5 000 euros pour les apprentis mineurs ou de 8 000 euros pour les majeurs est confirmée et élargie aux apprentis de niveau master 2 / ingénieur.

Elle remplace l’ancienne aide unique à l’embauche d’apprentis. Elle est également accordée aux contrats de professionnalisation.

  • L’aide de 5 000 ou 8 000 euros sera versée rétroactivement au 1er juillet 2020
  • La mesure, initialement envisagée pour le contrat d’apprentissage, est aujourd’hui étendue au contrat de professionnalisation*
  • La mesure est proposée jusqu’au aux niveaux master2 (niveau 7) ** alors qu’initialement, telle qu’elle avait été présentée par le ministère le 04/06/2020, elle devait s’adresser uniquement aux apprentis du CAP au niveau licence.

Sont concernés :

  • Les employeurs d’apprentis ou de jeunes en contrat de professionnalisation de 16 à 29 ans révolus, du CAP au niveau master 2 ou ingénieur
  • Pour des contrats conclus entre le 01/07/2020 et le 28/02/2021
  • Les entreprises de 250 salariés et plus si elles ne s’acquittent pas de la CSA, leur taux d’alternants devant être au moins égal à 5 % de leur effectif annuel moyen.

 

Les modalités concrètes de versements seront définies par décrets prochainement.

* étendue « aux employeurs de salariés en contrat de professionnalisation dans des conditions et selon des modalités fixées par décret » (art.27, II du PLFR3)

** étendue aux étudiants préparant un diplôme ou titre à finalité professionnelle « équivalant au plus au niveau 7 du cadre national des certifications professionnelles », soit de niveau master 2 et ingénieur (art.27 I du PLFR3).

> Toutes les informations sur le plan #1jeune1solution ici.

Une prolongation de la période en CFA avant l’embauche pour le/la jeune

Grâce à cette 2ème mesure, un·e jeune souhaitant réaliser une formation en apprentissage pourra passer jusqu’à 6 mois en CFA dans l’attente de signer un contrat d’apprentissage avec un employeur. Les jeunes entrés sans contrat, dans les CFA auront donc jusqu’au 28 février 2021 pour trouver une entreprise d’accueil.

Un accompagnement des jeunes dans leurs projets d’apprentissage

A travers la présentation de son plan de relance de l’apprentissage, le gouvernement a indiqué qu’il souhaitait que les partenaires sociaux, la Direccte, le rectorat, les régions, Pôle Emploi ainsi que les branches, travaillent davantage ensemble pour garantir aux jeunes, ayant formulé un vœu sur ParcourSup et Affelnet, au moins une offre de formation en apprentissage.

Une aide financière pour la digitalisation des formations

Dans le cadre de ce plan de relance, l’achat d’un ordinateur portable sera éligible pour l’aide au premier équipementPlafonnée à 500€, cette-dernière sera versée par les OPCO, comme le prévoit notamment la loi « Avenir professionnel ». Cet appui financier permettra aux organismes de formation de continuer à développer la digitalisation des formations qui a fortement été accélérée par la crise sanitaire.

 

COVID-19 et recrutement : le CFA IFIR est à vos côtés

Fortement mobilisé pour accompagner les employeurs dans leur reprise d’activité et leur projet de recrutement d’apprenti·e, le CFA IFIR leur propose des solutions clés en main.

Un contact apprenti·e-employeur simplifié

Les équipes du CFA IFIR apportent un soin tout particulier à la sélection des candidat·e·s à l’apprentissage, en ayant au préalable un entretien individuel avec chaque profil motivé. Cette phase d’entretien systématique destinée à vérifier leur savoir-être, leur perception du travail et leurs motivations permet ainsi de simplifier le processus de recrutement des employeurs en leur proposant des profils adaptés. En réponse à ce besoin, le CFA IFIR a investi dans le développement de sa plateforme HUB3E permettant ainsi de mettre directement en relation des candidat·e·s et des employeurs par la voie numérique. Afin d’organiser les entretiens entre employeurs et candidats et compte-tenu du contexte, le CFA IFIR étudie actuellement diverses propositions pour la mise en place de job dating numériques.

> En savoir plus sur notre accompagnement aux employeurs 

Un accompagnement dans chaque projet de recrutement d’apprenti·e·s

Depuis février, le CFA IFIR fait confiance au potentiel de jeunes étudiant·e·s en école de commerce afin de renforcer l’équipe IFIR, de faire connaître l’apprentissage et d’étudier le besoin des employeurs en Auvergne-Rhône-Alpes à travers des actions de prospection individualisées.

> En savoir plus sur notre accompagnement aux apprenti·e·s

Un gain de temps face à la lourdeur administrative

Et parce-que le temps des employeurs est précieux, la plateforme HUB3E permet également de récupérer toutes les informations sur l’entreprise, le/la futur·e apprenti·e, sa formation et le CFA IFIR afin de pré-remplir à 99% le CERFA favorisant ainsi la réalisation du contrat d’apprentissage.

Prolifération de normes juridiques : le CFA IFIR est un appui utile

Depuis le début du confinement et compte tenu de la crise sanitaire qui a généré de multiples normes, textes, décrets et donc des interrogations de la part des employeurs, le CFA IFIR les a accompagnés, et continuera à le faire autant que de besoin, dans l’appropriation des mesures prises et applicables au contrat d’apprentissage, à travers la diffusion de focus juridiques.

Ainsi, recruter un·e apprenti·e n’aura jamais été aussi facile et si peu coûteux !

> Déposer une offre de contrat d'apprentissage